Accueil Espace pro Spectacles Cendrillon, c'est moi !  
 

Cendrillon, c'est moi !

---

Cinq musiciens chambristes apparaissent face au public. Queues de pie, robe noire, mines sérieuses, salut impeccable. En un instant, résonne la célèbre musique du Cendrillon de Sergueï Prokofiev. Une partition lyrique pour des instrumentistes expressifs, engagés physiquement sur des instruments inconnus et pléthoriques.

Dans l'assistance, un brouhaha inhabituel (commencé dans le hall du théâtre) interrompt ce moment de grâce : une créature à l'allure étrange s’indigne de ce spectacle sans paroles qui serait censé nous raconter une histoire, s’étonne que ce moment soit si long et ennuyeux et déclare détester cette Cendrillon qui n’a rien à dire ! Son compagnon au nez rouge, tout aussi étrange, renchérit.

Que diable viennent faire des clowns dans un récital ? Dans ce cadre inattendu, l'auteur Philippe Delaigue joue l'équilibriste sur de drôles de fils rouges. Souple et actuelle, son écriture utilise la malice, l'humour ou la distance, se permet les détours de l'invention brodée sur de l’original : le clown échappe aux conventions du théâtre. Sensé ou insensé, mais toujours sensible, le clown peut tout dire, jouer et commenter, faire rire et faire réfléchir.

Au plateau, deux personnages improbables réinventent Cendrillon dans un labyrinthe d'instruments, nourris de l'incroyable richesse du ballet de Prokofiev. Les sons surgissent, réagissent aux paroles avec autant de truculence et de gravité que le font les contes immémoriaux.

Complices enfantins et virtuoses, les deux clowns-comédiens et les cinq percussionnistes mettent en vibration commune une version très originale de Cendrillon au beau milieu d'un barda mélodieux et chatoyant.